«Grâce à AFS, j’ai désormais une deuxième patrie, une deuxième famille, et j’ai vécu plein de beaux moments que je n’oublierai jamais.» Lara, au Costa Rica avec AFS.

Tout comme Lara, de nombreux jeunes décident chaque année de partir en programme d’échange à l’étranger. Pour AFS, vivre dans une famille d’accueil locale est l’une de conditions au succès de ses programmes en immersion. En participant à la vie quotidienne de la famille, on en apprend davantage sur la culture et les coutumes du pays d’accueil, mais on découvre également les habitudes et les traditions propres à chaque famille.

Au début, beaucoup de jeunes ignorent que la relation avec la famille d’accueil est amenée à évoluer au cours du programme d’échange: on passe d’«une famille qui m’accueille chez elle» à «ma deuxième famille, celle qui m’accueille dans son foyer comme l’un des siens». Même si les affinités et le feeling ne sont pas des éléments que tu peux influencer outre mesure, il y  a plein de façons d’agir en faveur d’une relation profonde et saine. À l’occasion de la Fête des mères le 13 mai, et de la Journée internationale des familles le 15 mai, nous te donnons quelques conseils pour tirer le meilleur parti de ton expérience.

1. Implique-toi dès le début dans les activités familiales

Même si tu es fatigué par ton voyage et les chamboulements des premiers jours, essaye de t’impliquer dès le début de ton programme d’échange dans les activités familiales. Les repas sont souvent des moments propices pour faire plus ample connaissance et à te rapprocher des divers membres de ta nouvelle famille. Ces derniers sont probablement très enthousiastes à t’accueillir chez eux et vont peut-être organiser différentes activités pour toi, telles que visite de la ville, sortie au musée, excursion au parc ou au zoo, afin de t’aider à prendre tes marques dans ton nouvel environnement. Profite de cette attention particulière pour poser les bases d’une belle expérience. Mais que faire si tu n’as pas du tout envie d’aller au zoo, ou que tu as déjà prévu une sortie avec tes nouveaux amis au même moment?

2. Communique clairement et sois sincère

Il y a bien sûr des moments où tu as besoin de te retrouver seul, un soir où tu n’as peut-être pas faim et préfèrerais sauter le souper. C’est normal. L’important est d’en parler avec ta famille d’accueil: dis-lui si tu penses que l’activité proposée te fera trop ou si tu as un souci quelconque. Ta famille d’accueil souhaite que tu te sentes bien chez elle. Explique-lui pourquoi tu ne souhaites pas participer au énième barbecue de ces deux dernières semaines, ou si tu souhaites fermer la porte de ta chambre pour deux heures afin de lire tranquillement. Elle ne t’en tiendra pas rigueur et te comprendra certainement.

3. Accepte les différences culturelles

Intéresse-toi à toutes ces différences qui te semblent étranges au premier abord, c’est un excellent moyen d’élargir tes horizons. Chaque famille a ses spécificités. Demande à la tienne de t’expliquer les habitudes et les règles de la maison, qui fait quoi, quand, et où, et immerge-toi complètement dans ton nouveau style de vie. Ta famille voudra quant à elle certainement en savoir plus sur tes habitudes et ton quotidien en Suisse. Garde à l’esprit qu’être confronté à un choc culturel est normal et fait partie de l’expérience interculturelle. Ce choc sera d’autant plus grand si tu as toujours eu tendance à préférer rester dans ta zone de confort plutôt qu’à tester de nouvelles choses. Te voilà face à une situation étrange: tu ne comprends pas tout ce qui se passe, tu sens le stress monter en toi. Que faire?

4. Respire profondément, ça va aller!

Pense que tu n’es pas ici pour toujours. Tu es en programme d’échange pour une période de temps limitée, tu ne dois pas t’énerver pour des petites choses que tu ne peux de toute façon pas changer. Ta famille d’accueil insiste pour regarder tous ensemble une émission le dimanche soir, ou pour que tu mettes des chaussures pour aller chercher le courrier dans la boîte aux lettres? Parle avec elle, essaye de voir si vous ne pourriez pas trouver un compromis. Si ce n’est pas possible, cherche malgré tout à profiter au maximum de ton expérience d’échange. Avec le recul, ce genre de détails te paraîtra secondaire, et tu retiendras surtout tous les beaux moments, toutes les expériences excitantes et uniques que tu as vécues.

5. Deux familles, deux fois plus d’amour!

Te voilà maintenant bien installé, tu te sens à l’aise avec ta famille d’accueil, tu es désormais comme un poisson dans l’eau dans ton nouvel environnement. Mais qu’en est-il de ta famille restée en Suisse? Certains participants n’ont aucune difficulté à avoir «deux familles», d’autres ont un peu de mal à trouver leur équilibre entre les deux. Si tu fais partie de cette dernière catégorie, nous avons quelques conseils pour toi. Tout d’abord, ne t’inquiète pas, tu n’es pas le seul. Tu n’as pas besoin d’appeler tes parents d’accueil «papa» et «maman» pour avoir une relation approfondie avec eux. Avec toi, ils ont pour ainsi dire un enfant de plus, et s’inquiètent pour toi comme le feraient tes propres parents en Suisse. Ces derniers doivent quant à eux apprendre à vivre sans toi pendant toute la durée de ton programme d’échange, et tu vas certainement leur manquer. Même si des contacts trop fréquents peuvent ralentir ton intégration dans ton pays d’accueil, cela ne veut pas dire que tu dois rester des mois sans donner de nouvelles! Appelle tes parents ou écris-leur de temps en temps, utilise Skype, WhatsApp ou Facetime pour permettre à tes deux familles de faire connaissance… A ton retour en Suisse, fais de même et garde contact avec ta famille d’accueil. Vous trouverez certainement des occasions de vous revoir!

!function(f,b,e,v,n,t,s){if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};if(!f._fbq)f._fbq=n; n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0';n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script','https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '1296374537095615'); // Insert your pixel ID here. fbq('track', 'PageView'); var _paq = _paq || []; _paq.push(['trackPageView']); _paq.push(['enableLinkTracking']); (function() { var u="//tracking.globonet.ch/"; _paq.push(['setTrackerUrl', u+'piwik.php']); _paq.push(['setSiteId', '786']); var d=document, g=d.createElement('script'), s=d.getElementsByTagName('script')[0]; g.type='text/javascript'; g.async=true; g.defer=true; g.src=u+'piwik.js'; s.parentNode.insertBefore(g,s); })();

(function (i, s, o, g, r, a, m) { i['GoogleAnalyticsObject'] = r; i[r] = i[r] || function () { (i[r].q = i[r].q || []).push(arguments) }, i[r].l = 1 * new Date(); a = s.createElement(o), m = s.getElementsByTagName(o)[0]; a.async = 1; a.src = g; m.parentNode.insertBefore(a, m) })(window, document, 'script', '//www.google-analytics.com/analytics.js', 'ga'); ga('create', 'UA-29725393-27', 'auto', {'name': 'globoTracker'}); ga('globoTracker.send', 'pageview');